Le projet TERR’EAU : site de Tshwenge

Pour le développement de systèmes agro-piscicoles durables à Kinshasa

SOUTENIR UNE AGRICULTURE DURABLE AU CŒUR DE KINSHASA

Localisation

République Démocratique du Congo, Ville de Kinshasa, zone maraichère de Tshwenge, commune de Massina

Date du projet

2019 - 2022

Bénéficiaires directs

1000 maraîchers de la commune, 10 formateurs issus des associations paysannes et 2 spécialistes

L’ESSENTIEL DU PROJET

Une population urbaine précaire, des espaces agricoles et des ressources menacées

A Kinshasa, espaces naturels riches en biodiversité et espaces agricoles et piscicoles tendent à disparaitre sous la pression de l’habitat. Pourtant, les espaces maraîchers urbains sont la principale source d’approvisionnement de la ville. L’agriculture est devenue une stratégie de survie plutôt qu’une véritable économie alors que l’insécurité alimentaire touche 70% de la population de Kinshasa dont majoritairement des enfants.

Mutualisation des savoirs et démarche collaborative pour un projet de territoire durable

En partenariat avec CoopTerre, les responsables des réseaux de maraîchers de Kinshasa ainsi que les membres de l’association JEEP (Jardin et Elevage En Parcelle) se sont regroupés autour du professeur Shango Mutambwe, président de l’ONG « Un poisson pour tous », afin de développer des activités agro-piscicoles durables.

Une analyse du territoire de la ville et de ses enjeux environnementaux, sociaux et territoriaux a permis de déterminer 3 types de tissus urbains/agricoles rencontrés à Kinshasa : la ville haute, les affluents du fleuve et la plaine alluviale.

Puis, 3 sites témoins représentatifs de chacun de ces types  ont été sélectionnés par les partenaires locaux afin d’y développer des systèmes agro-piscicoles durables et adaptés.

Le choix d’une technique de production agro-piscicole productive, durable et adaptée au milieu

En s’appuyant sur les savoir-faire des maraîchers et pisciculteurs locaux, le projet propose sur chacun des sites témoins des systèmes agro-piscicoles adaptés au contexte de Kinshasa et aux besoins des habitants basés sur la technique Aquaponique.

Cette technique permet de multiplier par 10 la production maraichère. Elle se complète de la production de poisson dans un système totalement biologique qui maitrise le cycle de l’eau.

Le principe de l’aquaponie

L’aquaponie associe la pisciculture et le maraichage en utilisant l’eau des poissons pour faire pousser les plantes.

Elles épurent ainsi l’eau avant son recyclage dans le bac de pisciculture ou son rejet dans le milieu naturel

LA PHASE 1  : Le site de Tshwenge

La biodiversité de la plaine alluviale du fleuve Congo 

La zone maraichère de Tshwenge dans la commune de Masina  est située dans la plaine alluviale du fleuve Congo. Cette zone humide est soumise à la pression foncière et asséchée pour être cultivée, détruisant ainsi les zones humides naturelles et leur biodiversité.

Réhabilitation de 4 étangs pour le développement de systèmes agro-piscicoles aquaponiques « ouverts »

L’objectif du projet est de lutter contre la malnutrition et la pauvreté en  valorisant l’espace maraicher de Tshwenge par l’introduction et le déploiement d’installations aquaponiques en étangs. Pour cela 4 étangs seront réhabilités, deux serviront à l’élevage de poissons en densité artisanale (1 à 3 poissons/m3) , les deux autres seront alimentés par l’eau des premiers et serviront à  la culture flottantes des légumes.

Renforcement de capacités des maraichers de Tshwenge

Après une formation, réalisée sur les étangs témoins et leur permettant d’acquérir les savoir-faire, 1000 maraîchers et pisciculteurs pourront créer ou réhabiliter eux-mêmes 1000 étangs tout en bénéficiant du soutien logistique d’une structure faitière pour s’équiper et faire fonctionner leurs installations.

LES PARTENAIRES

UN POISSON POUR TOUS (PARTENAIRE PRINCIPAL)

 

L’ Association contribue au développement de la pisciculture seule ou intégrée à l’élevage et l’agriculture. Elle

  • Encadre les pisciculteurs
  • Créée des fermes piscicoles,
  • Aménage des structures piscicoles,
  • Produit des intrants certifiés

ORGANISATIONS PAYSANNES DE RDC : FECCO – GIE

 

Organisées en Groupement d’Intérêt Economique, les organisations paysannes de Kinshasa :

  • Défendent les intérêts de leurs membres,
  • Renforcent leurs capacités
  • Apportent un soutien matériel et financier.

ONG un poisson pour tous à Benza Pigeon

Contribuer au développement de la pisciculture seule ou intégrée à l’élevage et à l’agriculture.

Tshwenge - la plaine maraîchère

Pour la sauvegarde des milieux humides et une meilleure gestion des étangs

LES PRINCIPALES ACTIONS

Produire

4 étangs de 125 m3 sont réhabilités et aménagés pour la production aquaponique. Ils fonctionnent 2 par 2 avec un étang pour les poissons et un étang pour les cultures flottantes qui recouvrent 50% de la surface.

Ce site sera  installé et exploité en coordination avec les responsables des réseaux locaux de maraichers comme centre de production pour développer un modèle économique qui rend possible l’autonomie du projet.

Former

Le site témoin en fonctionnement servira de centre de formation permettant le renforcement des capacités des maraichers  locaux. 2 exploitants et 10 formateurs issus des réseaux de maraichers de la zone seront formés pour l’exploitation du site et l’animation des formations des bénéficiaires.

1000 maraichers de la zone seront formés par les formateurs (environ 40 par mois) afin q’ils puissent réaliser leurs propres installations de production (1000 étangs)

Accompagner

Une organisation faitière sera créée afin d’aider les bénéficiaires à réaliser leurs installations puis à vendre leurs productions ou à gérer les invendus. Le projet accompagnera la création administrative de la société, le recrutement du personnel, l’achat pour la structure en équipement de conservation et de stockage.

 

Sensibiliser

Des évènements seront organisés sur le site de production auprès de :

  • La population, pour la sensibilisation au maraichage durable
  • Les autorités, pour la protection des zones humides et l’essaimage du projet à d’autres zones similaires
  • Les médias, pour partager les résultats avec le plus grand nombre

LES RÉSULTATS ATTENDUS

Un nombre important de bénéficiaires directs et indirects 1012 personnes formées à la technique de l’aquaponie qui pourront bénéficier directement, ainsi que leur famille, des aliments produits et commercialiser ces produits pour augmenter leurs revenus.

Amélioration de l’alimentation et de la santé Les quantités de légumes produites augmentent, les productions maraîchères se diversifient, en particulier en saison sèche et se complètent de la production de poissons. 46000 personnes en bénéficient

Revalorisation des savoir-faire agricoles Les maraîcher acquerront des capacités en pisciculture et en agriculture « hors sol », ainsi que des connaissances en gestion de l’eau et contrôle de sa qualité. Leur savoir-faire sera d’autant plus valorisé qu’ils seront les pionniers de ces nouvelles pratiques en Afrique.

Une gestion durable des ressources du territoire La mise en commun et en synergie de ces installations, au sein du quartier comme à l’échelle du bassin versant, composera des structures communes de gestion de l’eau, des espaces naturels, des plantations, etc. Elle permettra de dépasser les sectorisations propres à la ville et de gérer ainsi durablement et collectivement les ressources du territoire.

DÉCOUVRIR ET SOUTENIR LE PROJET TERR’EAU AVEC LES MARAICHERS DE KINSHASA